Les Actes de la Conférence internationale sur la démocratie en Guinée du 14.12.2019 [en téléchargement]

Références de la contribution du Pr AKANDJI-KOMBÉ

Jean-François AKANDJI-KOMBÉ : « Alternance démocratique et Constitution : introduction pour un droit constitutionnel africain », in CORDDE, Alternance démocratique et problématique d’une nouvelle Constitution en Guinée, Rapport de la Conférence internationale sur la démocratie en Guinée, Paris, avril 2020, pp. 11-19. Pour l’audio de la contribution cliquer ici.

Télécharger l’intégralité des Actes

Présentation des Actes

La conférence internationale sur la démocratie en Guinée s’est tenue à Paris le 14 décembre 2019. Organisée sous le thème « Alternance démocratique et problématique d’une nouvelle constitution en Guinée », à l’occasion du lancement officiel de la Coordination républicaine pour la Défense de la Démocratie (CORDDE), cette rencontre a réuni plus d’une trentaine de participants, hommes politiques, acteurs de la société civile, intellectuels engagés, enseignants, étudiants, etc., venus de plusieurs pays du continent africain. Pendant quatre heures, les participants ont examiné quatre des principales problématiques que pose la démocratie aux États africains. Ces hommes et femmes préoccupés par l’actualité politique, notamment la crise de l’alternance en Afrique en général et en Guinée en particulier, ont eu d’enrichissants échanges sur la crispation politique quasi-permanente et ses conséquences économiques et sociales sur les populations africaines.

Ouverte par le discours du Coordinateur général de la CORDDE, la demi-journée de travail s’est déroulée en quatre séances dont le contenu, riche et critique, sera reproduit in extenso dans le présent rapport.

La conférence principale, animée par le Professeur Jean-François AKANDJI- KOMBE, a porté durant quarante minutes sur le thème « Alternance démocratique et problématique d’une nouvelle constitution en Guinée ». J-F. AKANDJI-KOMBE est professeur de droit à l’Université Paris 1, Panthéon-Sorbonne dont les axes de recherche sont essentiellement les suivants : État, Droit et constitution en Afrique, les nouveaux paradigmes que sont le constitutionnalisme africain, la refondation juridique de l’État.

Au terme des quinze minutes d’échanges faisant suite à la première intervention, la première table ronde a été ouverte sur la thématique « Corrélation entre alternance démocratique et stabilité politique en Afrique : analyse comparative ». Elle a été co- animée par Lansana KOUYATE, consultant et ancien premier ministre de la République de Guinée, ancien représentant de l’Organisation des Nations unies en Somalie et au Libéria, et Maixent SOME, consultant senior en informatique, directeur associé de Leanovia consulting Paris, membre de la société civile burkinabé. Il s’en est suivi un quart d’heure de discussions.

Ces premières interventions ont été enrichies d’un édifiant retour d’expérience de Maitre Guy Hervé KAM, avocat, membre de la société civile burkinabé, ancien porte- parole de Balai citoyen et président de la Commission de la réforme des institutions pendant la transition au Burkina. Ce témoignage sur la transition politique ayant fait suite au départ de l’ex-président Blaise COMPAORE a ceci de pertinent que son auteur a vécu de l’intérieur les évènements décrits en tant qu’acteur clé du processus de sortie de crise de son pays.

Au cours de la deuxième table ronde, Cheick KOUROUMA, Quantitative Développeur à la Société Générale et doctorant en intelligence artificielle à Audencia et Toulouse Business School, et Souleymane Salma DIALLO, Directeur de programmes chez Spirit Immobilier à Levallois-Perret se sont penchés pendant plus d’une demi-heure sur les « Rapports entre alternance démocratique et croissance économique ». Leurs communications ont débouché sur de fructueux échanges qui ont duré près d’une dizaine de minutes.

Quant à la 3ème et dernière table ronde, elle a été axée sur « Les conséquences de l’instabilité démocratique sur les institutions républicaines». Cette importante thématique a été développée par Saïkou Oumar BALDE, enseignant chercheur et directeur de CERF-Guinée, cabinet spécialisé dans les questions électorales, Hady DIALLO, Essayiste et doctorant en droit économique à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et Jean-Paul KOTEMBEDOUNO, Attaché temporaire d’enseignement et de recherche dans la même université.

Sous la rigoureuse et bienveillante modération de DIALLO Alimou, SYLLA Oumarou et DIALLO Boubacar Telly, les intervenants ont produit d’excellentes communications sur des thématiques aussi diverses que pertinentes. En effet, l’actualité politique africaine en général et celle de la Guinée en particulier, donne à chaque sujet abordé un intérêt particulier. La CORDDE a voulu une rencontre intellectuelle qui dépasse tous les clivages socio-politiques. Elle s’est également employée à libérer le débat public du carcan politique conflictogène auquel il est très souvent réduit. Cette dernière ambition largement atteinte a bénéficié de l’adhésion bienvenue des différents conférenciers. Quatre heures durant, les problématiques de démocratie, d’alternance, de croissance économique, d’instabilité institutionnelle, etc. ont été développées dans un esprit ouvert et critique. Pour s’en convaincre, il suffit de parcourir attentivement les différentes communications que nous reproduisons in extenso dans le présent rapport.

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut
%d blogueurs aiment cette page :